Contexte

Les systèmes d’analyse présents sur les postes d’injection de bio-méthane permettent de :

 

  • Mesurer les caractéristiques du gaz fourni par le producteur, afin de vérifier sa conformité avant son injection sur le réseau de transport ou de distribution.
  • Vérifier la bonne odorisation du gaz.
  • Fournir les informations de Pouvoir Calorifique Supérieur (PCS) du gaz permettant une conversion du volume mesuré par le compteur en énergie.

 

Actuellement, une fraction de la production de bio méthane (0,2%, soit une centaine de litres/heure) doit être prélevée en continu, pour être analysée. Ce gaz est ensuite rejeté à l’atmosphère car le débit est trop faible pour être ré-injecté dans le flux principal.

 

Cette perte de gaz est une perte directe pour le producteur.

Problématique

” Comment diminuer ou supprimer les quantités de gaz prélevées pour les matériels d’analyse des postes d’injection de bio-méthane, tout en continuant à en analyser la composition de manière performante et sécurisée ? “

 

Objectif

 

Disposer de solutions innovantes pour :

  • Réaliser l’analyse des propriétés physico-chimiques du bio-méthane, en limitant fortement ou totalement le prélèvement de gaz ;
  • Ou pour réaliser l’analyse des propriétés physico-chimiques du bio-méthane sans mettre à l’évent le gaz prélevé.

 

Enjeux

Les enjeux sont de différentes natures :

 

  • Permettre aux producteurs de maximiser leur production de bio méthane.
  • Réduire les émissions de bio-méthane et donc des GES.

Perspectives de valeur pour le lauréat

Postes Bio-méthane :

Pour un producteur de bio-méthane, l’implémentation d’une solution qui annulerait le prélèvement du gaz représenterait un gain de l’ordre de 5 k€/an, soit 75 k€ sur la durée de vie d’une installation et de 66 teqCO2 évitée sur 15 ans.

 

Au-delà des analyseurs des postes d’injection de bio-méthane, ce challenge pourrait être étendu à l’ensemble des laboratoires de GRTgaz (stations d’interconnexion, comptage, odorisation, contrôle, etc…).

Volumétrie et Échéances du Besoin

Volumétrie :

 

  • Postes Bio-Méthane : environ 5 installations par an pour GRTgaz + renouvellement du parc d’analyseurs.
  • Ensemble des laboratoires hors bio-méthane : 120 postes.

Postes bio-Méthane : 1 à 2 raccordements par an.

  • 100 sites qui injectent du biométhane à fin 2018.
  • 8 TWh de biométhane injecté à fin 2023 – L’injection de 8 TWh en 2023 représente plus de 400 installations d’injection.
  • 30 TWh de biométhane injecté en 2030 – L’injection de 30 TWh en 2030 représente plus de 1400 installations.
Important : D’autres opérateurs de transport et de distribution peuvent avoir des besoins similaires.

Planning opérationnel :

 

  • Test des solutions ASAP – durée à définir selon la solution proposée.
  • Certification du matériel – Environ 18 mois si non existante.
  • Installation sur sites existants – Déploiement au fil de l’eau.

1 à 2 installations par an.

 

Toute innovation mature pourra être intégrée aux marchés en cours. Les innovations non matures pourront être développées sans contrainte planning.

Challenge clôturé le 30 novembre 2017